Yvon & Chantal Contat-Grangé 

 

Vignerons en Bourgogne,

 

sur le coteau des Maranges, là où commence la Côte de Beaune

Petite explication particulière au sujet de l'appellation Maranges

 

 

 

En 1937

Les trois villages de Cheilly les Maranges, Sampigny les Maranges et Dezize les Maranges

sont classés dans la Côte de Beaune. 

 

 Chacun bénéficie de sa propre appellation qui est composée du nom du village

suivi de la mention "Côte de Beaune".


 

Ces trois confettis, 240 hectares en tout, dont les territoires sont imbriqués,

manquaient individuellement de poids et de notoriété.

Leurs vins sont vendus, pour une très grande part à des négociants qui ne cherchent pas à mettre en valeur leur origine communale et les assemblent à ceux d'autres provenances pour proposer des cuvées de Côte de Beaune Village

dont le nom est plus directement parlant.


 

Dans les années 1980

Les vignerons des Maranges, développant de plus en plus la vente directe en bouteilles,

souhaitèrent affirmer leur identité et mettre en avant la typicité de leur terroir.


En 1989

Ils obtinrent de l'I.N.A.O.(Institut National des Appellations d'Origine)

de regrouper leurs trois aires en une seule qui porta naturellement le nom du coteau des

MARANGES

Lors de cette refonte, six Premiers Crus furent délimités.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.maranges.net/fr/

 

Aujourd'hui,

Maranges bénéficie de la juste réputation d'avoir

un bon rapport qualité/prix dans une région où les tarifs sont parfois intimidants.

Par contre, il court sur les Maranges quelques affirmations fantaisistes que l'on doit démentir...

Non, Maranges n'est pas à proprement parler une nouvelle appellation.

Non, Maranges ne faisait pas précédemment partie de l'aire d'appellation des Hautes Côtes de Beaune.

Non, Maranges n'est pas dans la Côte Chalonnaise au motif qu'elle se situe dans le département de Saône et Loire.

Oui, Maranges est une exception:  sans être de Côte d'Or, elle est bien en Côte de Beaune .

Et, il faut reconnaître que si ces méconnaissances nous reviennent aux oreilles,

nous y sommes sans doute pour quelque chose...

Peut-être sommes-nous plus intérréssés par la vigne et le vin que par la communication?